La thérapie du couple se fixe comme finalité d’établir un bon fonctionnement du couple afin qu’il y ait plus de stabilité et d’équilibre. Elle va donc permettre la mise en place de certains aménagements des détails de l’existence commune. Il faut donc la rendre plus satisfaisante grâce à une meilleure compréhension de l’autre. À cet effet, il s’agit de mettre en place une sorte de compromis souhaitable et accepté par le couple. Ce sera en quelque sorte un nouveau contrat dont le thérapeute sera le témoin.

Les raisons de consultation les plus fréquentes

D’une manière générale, la thérapie s’intéresse surtout au lien qui unit les deux personnes formant le couple si pour une quelconque raison celui-ci est malmené.

Dans la vie courante, il est enregistré une forte demande de thérapie chez les couples faisant face à des problèmes interculturels. Il y a aussi les problèmes rencontrés par les familles recomposées. Par contre, pour les cas de violences sexuelles, la thérapie n’est pas recommandée. Pour cela, la personne violente a plutôt besoin d’un suivi individuel. Il en est de même pour les différentes formes de jalousie, où ce psychologue propose des thérapies de couples afin d’aider à la résolution des conflits.

Cela étant, les motifs pour une consultation thérapeutique sont souvent :

  • des désaccords à propos des enfants,
  • des difficultés pour communiquer,
  • des conflits constants et presque permanents,
  • une distance qui s’installe,
  • des problèmes dans le lit conjugal.

Quand faut-il consulter ?

Il arrive que le couple constate qu’il connaît des difficultés qui risquent de mettre l’union en danger. Il peut s’agir de cas présentant des degrés de conflits divers, comme les affrontements réguliers ou le manque de désir. À ce stade, il faut déjà être en alerte. Peut-être, est-ce le moment d’entamer une thérapie pour pouvoir faire le point ? C’est comme pour une thérapie individuelle ; il est fortement conseillé de consulter dès que le mal se fait sentir. Cela se traduit par des incompréhensions, des tiraillements ou une souffrance entre les deux partenaires. Il est dit que le plus tôt est le mieux pour relancer la dynamique du couple.

En effet, quand le couple est en crise, c’est que chacun reproche à l’autre d’être la cause de sa souffrance et se ressent comme une victime. Quand survient le moment où il n’y a plus de dialogue, les deux partenaires vont constater d’eux-mêmes que ce n’est plus une énième crise passagère. Ainsi, ils doivent admettre que c’est un problème de fond. Le pire est qu’aucun ne croit plus en ses capacités de changer ou de faire évoluer la situation. Le couple fait face à un blocage. Il y a aussi les infidélités qui constituent un signe révélateur de la cause de la crise. La personne qui se croit incomprise ou délaissée se tourne alors vers une tierce personne plus attentionnée.

Pour une thérapie du couple, ce sont les premiers pas qui sont les plus difficiles à faire. Certes, l’impasse s’est déjà installée à cause du manque de communication. Toutefois, la décision à prendre doit être prise par les deux partenaires. Ainsi, il ne faut pas attendre d’arriver à un tel point pour envisager l’avis et les conseils d’un thérapeute. Il ne faut pas oublier que les relations conjugales deviennent plus complexes avec le temps. Après les premières années, l’amour du début doit s’adapter au rythme du quotidien. Celui-ci ne manquera pas d’emporter avec lui un lot de lassitude et de reproches.

Que viser pour une thérapie de couple ?

Face à une menace éventuelle de blocage entre le couple, il faut recourir sans attendre à la thérapie. L’objectif premier à viser est de pouvoir remettre les pendules à zéro. Cela permettra de partir sur de nouvelles bases plus saines. En effet, si le dialogue est rompu parce que l’un des conjoints s’enferme dans son silence, le thérapeute va l’aider à s’exprimer et à libérer les rancœurs et tous les non-dits. Par contre, si le problème est fondé sur l’agressivité de l’un des membres, il devra être confronté à sa colère afin de pouvoir la dépasser. C’est l’unique moyen à suivre pour sauver le couple de la rupture.

Des fois, la thérapie est également utile au couple pour aider le mari et la femme à se rendre compte qu’ils prennent des chemins différents pour mettre un point final à leur histoire. Il se peut qu’il y ait dans une telle situation un grand déballage. En effet, lors d’une telle occasion chacun aura l’opportunité d’exprimer des paroles qu’ils ne se sont plus exprimées. Le professionnel aura simplement à mettre l’accent sur les mots que les deux parties ressentent. C’est en quelque sorte l’intervention d’une tierce personne pour traduire leurs propres mots.

La thérapie permet donc de réengager le dialogue et enfin de mieux s’écouter. À mesure que les séances avancent, elles aident à mieux extérioriser les besoins enfouis. Et le plus important est qu’elles permettent également d’être plus attentives aux attentes intimes et refoulées de son partenaire. Le thérapeute, à travers les échanges, fera un travail d’interprétation, de traduction ou de décodage des émotions exprimées. Cela permet de comprendre plus facilement ce que l’autre ressent. C’est en quelque sorte une séance d’une nouvelle rencontre.

Quelle question se poser avant d’entamer une thérapie ? 

Être à deux pour une thérapie ne suffit pas. Il faut en supplément que le couple se mette d’accord sur certains préliminaires. Tout d’abord, le but de la thérapie n’est pas de statuer qui a tort ou qui a raison. Il se peut que les torts soient partagés. L’essentiel est de permettre et de reprendre la communication. Ainsi, le thérapeute va permettre à chacun du couple de s’exprimer. Il s’agit ici de dire les insatisfactions par rapport aux péripéties de la vie commune. Cela ne concerne nullement le partenaire en tant que personne. Alors, il faut savoir accepter un tel changement de perspective. Cela implique évidemment un processus de collaboration conjointe. C’est le seul moyen pour arriver à reviser le contrat de vie commune pour en établir un nouveau. Enfin, il faut savoir que la thérapie ne vise pas à changer l’autre. C’est presque impossible. Vous allez entamer une thérapie pour sortir du cadre destructeur des règlements de comptes pour aboutir à un processus de collaboration conjointe.

Ainsi, il faut bien identifier la raison pour laquelle le couple va chez le thérapeute. Il faut s’y préparer, car c’est la première question qu’il va poser au couple. Et la réponse doit immanquablement émaner du couple. Pour une demande d’aide, il y a deux possibilités. Seul un membre du couple va voir le thérapeute, car l’autre refuse catégoriquement ou il veut un autre thérapeute.

Quelles sont les attitudes à éviter ? 

Tout d’abord, il ne faut pas considérer la thérapie comme la solution de la dernière chance. Il faut donc éviter d’y recourir quand les choses vont très mal avec des problèmes qui se sont aggravés. Il faut essayer de les résoudre ensemble une fois. Si cela ne marche pas, il ne faut pas insister et aller voir les professionnels.

Une fois décidé à suivre une thérapie, il faut éviter à tout prix de mentir ou d’essayer de cacher des choses au thérapeute. Il peut s’agir par exemple d’une infidélité. En effet, la condition nécessaire pour que la méthode marche est que les deux parties jouent pleinement la carte de la sincérité. C’est normal, car il s’agit de réparer un couple. Pour cela, il faut redevenir authentique dans les interactions avec l’autre. D’ailleurs, un couple doit se fonder sur l’intérêt des échanges positifs.

En allant vers une séance de thérapie, il faut se mettre dans la tête qu’ensemble le couple va écrire une nouvelle page de son histoire. Ainsi, les deux partenaires doivent être volontaires et motivés. En plus, il faut qu’ils soient prêts à totalement jouer le jeu. Il s’agit surtout de l’écoute de l’un et de l’autre. Ainsi, la thérapie irait normalement et aurait beaucoup de chances d’aboutir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here