La calvitie est un phénomène héréditaire qui touche 2/3 des hommes. Elle est généralement causée par un excès d’hormones mâles. On parle alors d’alopécie androgénique. Il est prouvé que le stress permanent et une alimentation déséquilibrée peuvent également provoquer la chute des cheveux. Toutefois, il existe des solutions contre la calvitie, dont la greffe de cheveux.

Le principe de la greffe de cheveux

On dénombre plusieurs types de greffes de cheveux dont la micro-greffe et les implants.

La micro-greffe est très pratiquée en raison de son efficacité. Des bouts de chair contenant des cheveux sont prélevés sur le patient, sur la tempe ou la nuque. À ces niveaux du corps, les cheveux ne tombent jamais. On réimplante ensuite les morceaux sur les parties chauves. Cette méthode est cependant très onéreuse. En effet, les greffes sont nombreuses lorsque la calvitie touche une zone importante. Quant aux implants, ils sont comme de vrais cheveux. Le traitement est moins cher, mais le risque de rejet demeure. Voici les nouvelles techniques de greffes de cheveux.

La procédure ARTAS

Cette technologie innovante est le seul système de greffe capillaire robotisé au monde. Elle est mise à votre service par The Clinic, un centre de greffe capillaire sans transection à Paris 16 qui est présenté sur le site https://www.the-clinic.fr. Pour réaliser l’opération sur le patient, le chirurgien assiste le Robot ARTAS en utilisant une imagerie guidée. On effectue ensuite :

  • Une dissection d’unités folliculaires précises ;
  • Un ensemble de milliers de prélèvements d’unités folliculaires.

Les unités folliculaires sont en réalité des groupes de cheveux qui poussent dans le cuir chevelu. La zone où les prélèvements ont été effectués doit nécessairement conserver son apparence d’origine. Le chirurgien veille donc à cela. La technologie permet de réaliser des prélèvements sur tous les types de cheveux (raides, frisés, crépus, afros…).

Les étapes de la procédure ARTAS

La procédure ARTAS suit des étapes typiques. Dans un premier temps, le chirurgien rase la région donneuse. Le rasage ne s’effectue pas au hasard, il est d’environ 1 millimètre. L’espace est ainsi dégagé, permettant au robot de repérer et de numériser les unités folliculaires qui seront prélevées. Le reste de la procédure est douloureuse, c’est pourquoi le chirurgien doit effectuer une anesthésie locale. À ce stade, le robot effectue une cartographie numérique de la région donneuse afin de déterminer l’emplacement des unités folliculaires. Des prélèvements aléatoires sont alors réalisés afin de ne pas abîmer la région donneuse. Celle-ci doit conserver son aspect naturel. Lorsque la quantité de cheveux voulue est atteinte, on stoppe les extractions.

Que se passe-t-il ensuite ? On utilise les greffons qu’on implante dans les zones chauves du cuir chevelu. Cependant, l’implantation doit respecter un schéma préalablement bien défini par le chirurgien. Les greffons permettront d’obtenir plus tard des cheveux.

Les avantages de la procédure ARTAS

En plus d’être rapide, rigoureuse et précise, cette technologie innovante permet :

  • De réduire la zone de dissection ;
  • De sélectionner et d’extraire les unités folliculaires les plus fiables ;
  • D’optimiser les prélèvements ;
  • De maintenir la zone donneuse du patient dans son aspect naturel ;
  • D’améliorer la performance chirurgicale ;
  • D’obtenir de meilleurs résultats pour chaque procédure.

Le robot ARTAS est doté d’un système intuitif qui permet de repérer et de prélever les meilleures unités folliculaires. Le robot transmet en temps réel des images sur une interface haute définition. Cela permet au chirurgien d’extraire les unités folliculaires avec rapidité et précision. Grâce à son système intuitif et à son algorithme intelligent, le robot améliore la performance chirurgicale. Pour chaque procédure, les résultats sont donc meilleurs, bien au-delà des techniques manuelles.

Le système ARTAS a été développé par des experts en cobotique médicale et des médecins leaders dans la greffe de cheveux. Il a fallu près d’une décennie de recherches et de travaux en robotique pour mettre en place ce système. L’Union européenne et plusieurs pays ont déjà validé cette technologie innovante.

Le traitement PRP

Le traitement PRP (Plasma riche en plaquettes) a été utilisé pour la première fois en 1968 par un dentiste allemand. On part du principe que le PRP contient plusieurs facteurs actifs de croissance qui peuvent stimuler la régénération des tissus. Ces facteurs de croissance plaquettaires ont donc la capacité de revitaliser les cellules souches des follicules de cheveux.

Comment ça marche ? Le médecin ou l’infirmière prélève du sang chez le patient. On utilise ensuite une centrifugeuse pour séparer le PRP des globules. Puis, on injecte le PRP dans le cuir chevelu à l’aide d’une aiguille. Les plaquettes sont en réalité des cellules vivantes qu’on utilise sur les parties chauves. Une fois injectées dans le cuir chevelu, elles vont stimuler la régénération des cellules souches. Cette action va entraîner la repousse d’un nouveau cheveu. Il faut 4 séances d’une durée d’environ 30 min pour réaliser le traitement. Toutefois, une séance d’entretien par an est exigée.

Résultats et risques

Les résultats sont presque immédiats après la première séance. Au toucher, les cheveux sont nettement plus épais. Après la deuxième séance, la chute des cheveux diminue. Puis, on observe une repousse des cheveux après la 3e séance.

Quant aux risques, il y en a très peu. Quelques rougeurs peuvent apparaître après la première séance. Les douleurs, elles, sont plus à craindre. Selon plusieurs patients, le traitement est douloureux lorsqu’il est pratiqué sous anesthésie locale. Cependant, on peut le réaliser sous anesthésie totale. La sédation intraveineuse est aussi une possibilité pour rendre le traitement plus confortable.

Avantages de la méthode PRP 

Le traitement PRP est une technique manuelle qui offre de nombreux avantages :

  • La séance ne dure que 30 min ;
  • Le PRP est issu de l’organisme ;
  • Le risque de rejet est très limité ;
  • La repousse s’observe après seulement 3 séances.

Le PRP n’est pas un produit étranger. Il est issu du sang du patient. Il est donc naturel et 100% biocompatible. La probabilité de rejet est donc très faible. Par ailleurs, le traitement PRP peut être combiné à une micro-greffe afin d’optimiser la repousse des cheveux. Comment ça marche ?

PRP et chirurgie capillaire

Le chirurgien fait des prélèvements d’unités folliculaires sur la tempe ou la nuque du patient. Les greffons fraîchement extraits sont ensuite placés dans un bain de stockage de PRP. Pourquoi cette procédure ? Parce que la solution de PRP améliore considérablement le taux de survie des greffons. Cela augmente donc les chances de réussite de l’opération.

Puis, on implante les greffons sur les parties chauves. À ce stade, le chirurgien prend soin d’injecter la solution de PRP dans les zones donneuse et receveuse du cuir chevelu. Grâce à la solution de PRP, la cicatrisation est rapide et la zone donneuse conserve son aspect d’origine. Cette méthode est aussi naturelle et les risques d’intolérance sont très faibles.

Dermographie capillaire

La dermographie capillaire est un traitement qui s’apparente à un tatouage du crâne pour combler la zone chauve.

On applique de minuscules points sur le cuir chevelu pour créer un effet de densité. Cette technique révolutionnaire est encore appelée dermopigmentation ou micropigmentation.

Comment ça marche ?


Peu importe les causes d’une calvitie, le recours à un chirurgien n’est pas nécessaire pour ce traitement. Un médecin spécialiste peut bien s’en occuper puisqu’il s’agit d’un acte non chirurgical. Pour réaliser le traitement, on utilise un appareil électrique qui sert à introduire dans le derme un pigment. Ce dernier permet de modifier la couleur d’une partie de la peau. Ensuite, comme le ferait un tatoueur, on dessine sur le crâne du patient de micropoints afin d’aboutir à un effet de chevelure rasée. La séance de micropigmentation dure 3 à 5 heures. Le patient peut reprendre normalement ses activités après. Toutefois, une séance de finition est nécessaire 14 à 21 jours après la première session.

Avantages

La micropigmentation suit le même principe que le tatouage. En plus d’être artistique, elle permet de :

  • Combler rapidement les zones clairsemées ;
  • Densifier le cuir chevelu après une greffe capillaire ;
  • D’aider les individus dont les zones donneuses sont peu fournies ;
  • D’avoir un rendu assez intéressant et impressionnant.

La micropigmentation s’adresse aux hommes et femmes qui souffrent d’une calvitie importante ou modérée. Elle s’adresse également à tous ceux qui souhaitent densifier leur cuir chevelu après une microgreffe.

La FUSS ou la méthode de la bandelette

La FUSS (Follicular Unit Single Strip) consiste à prélever une bandelette horizontale au niveau des cheveux après une incision. L’opération se réalise dans la nuque ou sur la tempe. Comment se déroule une séance ?

Le chirurgien rase la zone donneuse et découpe une bandelette de 1 cm de large sur au moins 15 cm de long. La bandelette prélevée est ensuite découpée sous microscope. Le but, c’est de récupérer les unités folliculaires afin de les redistribuer dans les zones clairsemées du cuir chevelu. Puis, le chirurgien referme la zone de prélèvement avec une suture, provoquant une petite cicatrice à cet endroit.

La séance se réalise sous anesthésie locale et dure entre 3 et 5 heures. En fonction de l’étendue de la calvitie, il est conseillé de prévoir au moins deux séances. Le coût d’une intervention est d’au moins 3000 euros.

Effets secondaires

Après l’opération, le patient ressent des tiraillements qui s’accompagnent le plus souvent d’un gonflement du front. On observe aussi l’apparition d’un œdème et de petites croûtes au niveau des greffons. Mais, ils disparaissent au bout d’une dizaine de jours. 

Avantages

En plus d’offrir un meilleur rapport qualité/prix, cette technique permet d’avoir :

  • Une grande quantité de greffons (entre 2000 et 5000 par séance) ;
  • Des implants de bonne qualité ;
  • Un résultat définitif 12 mois après l’opération.

La technique s’adresse à tout le monde. Elle est par ailleurs idéale pour les calvities importantes.

La FUE : Follicular Unit Extraction

La technique consiste à prélever directement les bulbes sur la nuque ou les zones temporales du patient. Pour ce faire, le chirurgien rase d’abord la nuque du patient. Il utilise ensuite un petit bistouri circulaire d’environ 1 mm de diamètre appelé micropunch pour prélever les bulbes. Ceux-ci sont alors réimplantés dans les zones clairsemées du cuir chevelu. Pour créer une forte densité, les bulbes doivent être replantés de façon très serrée.

La séance se déroule sous anesthésie locale. Elle dure au moins 5 heures. Mais, la durée dépend en grande partie du nombre de bulbes à implanter. Il faut débourser à partir de 5000 euros pour une intervention. Il est recommandé de prévoir au moins deux séances en fonction de l’étendue de la calvitie.

Effets secondaires

Des tiraillements peuvent être ressentis après l’opération. L’apparition de petites croûtes au niveau des greffons est aussi observée.

Avantages

L’avantage principal de cette technique, c’est qu’il n’y a pas de traces de cicatrisation. Toutefois, lorsque la même région est sollicitée plusieurs fois pour des prélèvements, elle a du mal à cicatriser.

Par ailleurs, la quantité de greffons implantés en une séance, entre 1000 et 1500, est faible. La technique est donc idéale pour les calvities modérées. Les individus ayant une calvitie importante peuvent toutefois suivre ce traitement s’ils ont un budget conséquent.

La FUE automatisée

Cette technique suit pratiquement le même principe que le précédent. Sauf qu’ici, le chirurgien utilise un instrument automatique, plutôt qu’un objet manuel, pour aspirer les bulbes. Bien avant, il doit raser la zone de prélèvement, la nuque.

La durée de l’intervention est de 3 à 6 heures, mais elle dépend du nombre de greffons à implanter. Il faut compter entre 1800 et 3200 euros pour une séance.

Effets secondaires

L’opération entraîne de nombreux effets indésirables :

  • Des tiraillements ;
  • Une sensation d’inconfort derrière la tête ;
  • De petites croûtes au niveau des greffons.

Le chirurgien peut prescrire des antalgiques en cas de douleur.

Avantages

Cette technique offre un fort taux de réussite, car les bulbes sont directement aspirés. Ils ne peuvent donc pas être abîmés :

  • Le taux de survie des greffons est élevé ;
  • La repousse est importante après la réimplantation.

Toutefois, la quantité moyenne de greffons prélevés est assez faible, entre 500 et 1000. En somme, la FUE est conseillée pour les individus ayant une calvitie modérée.

La FUE sans rasage visible

Des micro-bandelettes en étage sont prélevées sur la nuque, préalablement rasée. Cette procédure permet de cacher les zones rasées avec les cheveux du dessus. On récupère ensuite les greffons qu’on réimplante sur la zone frontale et à l’arrière à l’aide d’une aiguille spécifique. Le chirurgien prend soin d’espacer les implants à l’arrière, mais ceux du front doivent être serrés.

L’intervention dure entre trois et cinq heures de temps. Comme les autres méthodes FUE, elle dépend en grande partie du nombre de cheveux à greffer. Le prix d’une séance débute à partir de 3000 euros.

Effets secondaires

Les effets secondaires sont les suivants :

  • Des tiraillements ;
  • Une sensation d’inconfort derrière la tête ;
  • De petites croûtes au niveau des greffons.

Le chirurgien peut prescrire des antalgiques en cas de douleur.

Avantages

La technique offre deux principaux avantages :

  • Le rasage des micro-bandelettes est invisible ;
  • Les cicatrices ne sont pas visibles.

Le seul hic c’est la quantité moyenne de greffons obtenue à chaque séance : 500. C’est justement pourquoi la technique est déconseillée aux personnes ayant une calvitie importante. Elle convient parfaitement à ceux qui ont horreur des cicatrices et des nuques rasées.

Il existe d’autres solutions courantes contre la calvitie :

  • Les médicaments et injections ;
  • Les perruques ou postiches ;
  • Les prothèses capillaires.

Que retenir ? Grâce aux avancées technologiques, il existe aujourd’hui des solutions efficaces contre la calvitie. Le système ARTAS et la méthode PRP offrent des résultats immédiats après la première séance.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here