Dans l’optique de soulager divers maux (psychiques ou physiques) de nombreux spécialistes de la santé se tournent désormais vers l’hypnose. Même si beaucoup restent encore sceptiques quant à l’efficacité de cette solution, cette dernière a fait ses preuves depuis des décennies. Pour vous permettre de mieux cerner l’importante et l’efficacité de l’hypnose, nous mettons à votre disposition dans cet article, des détails relatifs à l’histoire de l’hypnose, ses différentes applications, sa place actuelle dans le monde de la thérapie et dans le domaine médical.

Histoire de l’hypnose médicale 

Comme vous aurez le temps de le découvrir dans cet article, l’hypnose n’est pas une discipline nouvelle. Elle souffre cependant jusqu’à présent des mêmes stéréotypes liés à ses origines lointaines avec le magnétisme.

Les débuts de l’hypnose occidentale moderne

L’histoire de l’hypnose occidentale moderne commence au XVIIIe siècle, tous les spécialistes s’accordent à donner comme point de départ de cette discipline, le médecin autrichien Franz Anton Messmer. À cette époque, l’hypnose est nommée magnétisme animal. Les concepts de transe hypnotique y sont toutefois déjà présents et sont même mêlés à des croyances mystiques comme le magnétisme.

Nous pouvons raisonnablement considérer que c’est avec l’élève de Messmer, le marquis de Pyusegur, que la véritable histoire de l’hypnose a commencé. Sans renier le travail de son professeur, Puysegur va s’affranchir des croyances mystiques du magnétisme animal. À cette époque, cette pratique n’était pas encore connue sous l’appellation “ hypnose “mais plutôt “ somnambulisme artificiel “. Elle ressemble déjà à ce stade à l’hypnose qui est pratiquée aujourd’hui.

Enrichissement de la discipline

C’est au tout début du 19e siècle que de nombreux contributeurs vont venir enrichir cette discipline. On évoquera notamment l’abbé Faria, ainsi que les représentants de l’école de Nancy, à voir Hippolyte Bernheim et Ambroise-Auguste Liébeault. Il ne faudrait également pas oublier l’illustre neurologue français Jean Martin Charcot, qui était le directeur de la Salpêtrière.

Durant le 19e siècle, l’hypnose sera donc peu à peu reconnue médicalement. Nous pouvons d’ailleurs considérer qu’elle représente la genèse de ce qui sera plus tard la psychologie et la psychiatrie. À cette époque, l’hypnose est uniquement utilisée pour des maladies mentales assez sévères, comme l’hystérie, une dénomination qui regroupait à l’époque de nombreuses pathologies mentales ou considérées comme telles (crise d’épilepsie par exemple).

L’âge d’or de l’hypnose

L’âge d’or de l’hypnose est compris entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle. On évoquera d’un côté la Salpêtrière et l’éminent docteur Jean Martin Charcot et de l’autre côté, l’école de Nancy dirigée par Auguste Liebault et Hippolyte Bernheim. Durant cette époque, l’hypnose est sur toutes les lèvres à Paris et en France, dépassant largement le simple cadre médical avec une grande notoriété dans les médias et auprès du grand public. L’hypnose de spectacle étant déjà présent à cette époque, cela rajoute à ce côté mystique, mystérieux et sulfureux qui entourera toujours cette pratique.

De nombreux médecins tels que le chirurgien écossais James Braid (à qui l’on doit la dénomination “hypnose “ ) et James Esdaile vont expérimenter l’anesthésie par l’hypnose avec beaucoup de succès.

Cependant, l’invention de l’anesthésie chimique telle que le chloroforme et l’éther vont venir marquer un grand coup en ce qui concerne l’utilisation de l’hypnose. Il faudra d’ailleurs attendre les années 2000 pour voir apparaître à nouveau des opérations chirurgicales sous hypnose.

Le renouveau de l’hypnose

Le grand renouveau de l’hypnose au XXe siècle est dû en grande partie au célèbre psychiatre américain Milton Erickson qui va révolutionner la discipline sur tous ses aspects. Cela donne également naissance à de nombreux courants et techniques. Il s’agit notamment de l’école de Palo Alto et de la programmation neurolinguistique très en vogue de nos jours. Soulignons en outre que cette technique a été fortement inspirée des travaux de Milton Erickson.

Le 20e siècle verra également la mise en lumière d’un autre hypnotiseur : Dave Elman, un praticien très différent de Milton Erickson. Cet homme de radio et de spectacle proposera alors une approche assez différente de l’hypnose. Il s’intéresse notamment aux transes profondes ainsi qu’à l’hypno-analgésie. Besoin de plus d’informations sur le sujet ? Faites alors un tour sur un blog sur l’hypnose.

Les applications médicales de nos jours

Depuis une dizaine d’années, l’hypnose fait son retour auprès du grand public via l’hypnose de spectacle, mais également dans les cabinets de thérapie. C’est principalement le cas chez :

  • Les psychiatres,
  • Les psychologues,
  • Les infirmiers et infirmières qui souhaitent se former à cette discipline afin de soulager leurs patients.

Cette formation peut être effectuée dans le but de soigner des douleurs ou tout simplement pour une meilleure gestion mentale de certaines situations. Certains pompiers se forment également à l’hypnose afin de pouvoir gérer plus efficacement certaines situations d’urgence.

L’hypno anesthésie

Si l’on revient aujourd’hui à des techniques d’anesthésie par l’hypnose, ce n’est en réalité qu’un retour de cette technique qui a déjà été utilisée il y a plusieurs siècles. Cette méthode peut être particulièrement efficace dans de nombreuses interventions médicales (accouchements, opération chirurgicale, etc.) et à plusieurs niveaux à savoir :

  • Gestion de la douleur,
  • Gestion du stress due aux interventions et à leur contexte.

C’est par ailleurs ces techniques que l’on utilise dans ce cabinet durant séance d’hypnose à Paris.

Comme nous l’avions évoqué plus haut, l’utilisation de l’hypnose dans la chirurgie n’est pas un fait nouveau, car il y a 2 siècles déjà, l’hypnose était utilisée en situation d’urgence, notamment sur les champs de bataille.

L’hypnose durant les situations d’urgence

Ces dernières années, de nombreux corps qui interviennent sur le terrain (la police, les services d’urgence, le SAMU et les pompiers de Paris) ont pu utiliser l’hypnose rapide pour mieux gérer des accidents de la route ou de la vie. On recourt également à l’hypnose pour faire face aux situations de drame. Ça a par exemple été le cas lors des attentats qu’a subis la France au cours de ces dernières années. Durant de telles situations d’urgence, l’hypnose peut intervenir à plusieurs niveaux, déjà pour canaliser les victimes afin d’effectuer les premiers gestes d’urgence, mais également pour rassurer mentalement les victimes.

Que retenir au final ?

Comme vous avez pu le constater, l’histoire entre l’hypnose et la médecine n’est pas une nouveauté. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’hypnose n’a pas fait son apparition de nos jours dans les blocs opératoires ou dans les services d’urgence. Il s’agit plutôt d’une redécouverte de techniques et de pratiques vieille de plus de deux siècles ! Si l’anesthésie chimique mit un terme il y a plus de deux cents ans aux avancées spectaculaires de l’hypnose, le grand public redécouvre aujourd’hui cette inattendue alternative à l’utilisation systématique de la chimie.

Les avancées dans le domaine des neurosciences confirment les possibilités naturelles du cerveau à développer des anesthésies (notamment lors du sommeil <profond). L’hypnose n’est donc qu’un outil qui permet d’accéder à ces capacités naturelles. Elle n’a sans doute pas fini de livrer tous ses secrets y compris dans le domaine médical. L’hypnose est par ailleurs un moyen de voir les choses sous un autre angle, dans un autre état de conscience. C’est le moment de faire une pause dans l’agitation du quotidien, le moment de laisser des réponses émerger du plus profond de soi, tout en étant accompagné par un professionnel.

Pour conclure, l’hypnose qui a connu tout au long de son histoire des mises en lumières et périodes plus obscures recommence à susciter un véritable intérêt du public et des instances médicales. Il ne fait pas de doute qu’elle va continuer d’évoluer afin de permettre de soulager à la fois les maux psychologiques et physiques. C’est d’ailleurs toute la beauté de cette discipline qui peut être utilisée dans une salle de spectacle, un cabinet de thérapie, ou dans une salle d’opération.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here