La pandémie du coronavirus a contraint de nombreux pays du monde au confinement ou à d’autres mesures pour se protéger. Malgré des initiatives de déconfinement progressives, le virus n’est pas pour autant vaincu. Durant cette période, il est donc bien nécessaire de continuer à observer les recommandations notamment les gestes barrières.

Ainsi, le port de masque de protection est aujourd’hui plus que jamais obligatoire. Dans les transports en commun et dans tous les lieux publics, il est bien indispensable de constituer sa principale protection. Faisons un focus sur les principales dispositions qui permettent de faire la meilleure expérience du masque pour préserver sa santé.

Ce qu’il faut d’abord retenir

Les masques de protection sont des dispositifs qui servent à éviter l’inhalation de particules pathogènes ou dangereuses. Ils protègent leur utilisateur des poussières nocives, de la fumée, des gaz et des agents pathogènes qui pourraient être inhalés. Par leurs fonctions, ces masques permettent également de limiter la propagation du coronavirus. En effet, grâce à ces dispositifs, l’on évite d’être en contact avec des projections infectées. De même, porter un masque de protection approprié évite de propager le virus lors qu’on est atteint.

De ce fait, le port de masque constitue bien une mesure légitime et efficace pour se protéger et pour protéger son entourage. Vous disposez d’une excellente option pour acheter un masque chirurgical en France avec une livraison en 48h. Vous avez le choix entre des masques de qualité assurant sécurité et confort. Aussi, avec cette solution vous profitez d’atouts considérables avec des prix bien accessibles.

Différents types de masque de protection

Les masques de protection existent en plusieurs variétés. Par ailleurs, ils ont généralement des fonctionnalités spécifiques et sont parfois appropriés pour des usages définis. L’on distingue essentiellement les masques en tissu, les masques chirurgicaux et les masques de protection respiratoire.

Le masque chirurgical

Le masque chirurgical ou anti-projection est principalement destiné à piéger les gouttelettes de salive libérées lors de l’expiration. Ce type de masque permet également d’être protégé de postillons et de gouttelettes que des personnes à proximité pourraient émettre. Toutefois, selon l’AFNOR, le masque chirurgical ne serait pas assez perméable pour protéger de l’absorption de particules très fines en suspension.

En outre, ce dispositif aide à réduire les contacts de la main avec la bouche. De ce fait, le masque est assez utile pour réduire les risques de contamination. Son utilisation offre donc de bonnes garanties lorsque le temps d’utilisation du masque n’excède pas 4 heures.

Le masque de protection respiratoire

Le masque de protection respiratoire a pour vocation de protéger son utilisateur contre l’inhalation de gouttelettes et de particules en suspension dans l’air. L’AFNOR en distingue trois principales catégories en fonction de leur utilité. D’abord, les FFP1 filtrent 80 % des aérosols. Ensuite, les FFP2 filtrent 94 % des aérosols et enfin les FFP3 en filtrent 99 %. En effet, ces masques sont très sophistiqués.

Ils rassemblent plusieurs couches et sont parfois munis d’une soupape expiratoire. On les distingue des masques chirurgicaux par leur inconfort thermique et les difficultés respiratoires qu’ils créent. Pour finir, il est vivement recommandé d’en faire un usage unique avec une utilisation de 8 heures au maximum.

Les masques en tissu

Quant aux masques en tissu, ce sont des dispositifs non sanitaires accompagnant les gestes barrières. Ces types de masques ne sont pas conçus suivant les mêmes normes que les précédents. En effet, ils ne répondent pas aux standards de qualité et n’atteignent pas le haut niveau de filtration d’air requis. Ces derniers sont bien moins sûrs qu’un masque chirurgical ou un masque FFP3. Ainsi, ce type de masque ne permet donc pas de protéger efficacement son utilisateur.

Toutefois, ils ont au moins le mérite de protéger l’entourage des microbes expulsés par les personnes atteintes. Les masques en tissu participent donc également à limiter la propagation du virus. Il s’agit tout de même d’une alternative lorsque vous ne disposez pas des types de masques cités plus haut.

Pourquoi se servir d’un masque de protection ?

Se protéger le nez et la bouche est particulièrement utile pour protéger son entourage du virus COVID-19. En effet, une personne atteinte de la maladie ne manifeste pas toujours les symptômes. Ce n’est que deux semaines après l’infection qu’une personne atteinte commence à montrer des signes. Toutefois, pendant cette période, le sujet infecté est déjà contagieux. Un contact avec une personne apparemment saine peut alors se révéler fatal. En toussant, en éternuant ou en postillonnant, un porteur sain repend la maladie autour de lui. Par ailleurs, l’utilisation de masques faciaux est bien indispensable.

En effet, même un simple masque en tissu peut suffire à retenir la majorité des rejets infectés. En outre, le coronavirus se propage via les aérosols. Vous êtes beaucoup plus susceptibles d’entrer en contact avec ces substances et d’en être infectés. Dans les endroits bondés comme les transports en commun et les centres commerciaux, il faut rester vigilant. En portant votre masque, vous réduisez déjà les risques de contamination. Votre masque vous protège aussi de vos mains qui sont grandement exposées.

Un intérêt plus grand de ce dispositif

Un autre avantage du masque est qu’il permet de filtrer l’air respiré. Le port de ces masques permet en effet de filtrer entre 90 et 99 % de l’air inhalé. En plus de donner l’assurance de ne pas contaminer son entourage, ils offrent aussi une certaine protection. L’air que vous respirez est plus pur et contient moins de substances nocives comme le dioxyde de carbone. Ainsi, avant même le début de cette crise sanitaire, certaines personnes adoptaient déjà ces outils pour se protéger de poussière ou de substances nocives. C’est notamment le cas pour des travailleurs dans des industries ou pour des personnes souffrant déjà de certains troubles.

En effet, l’inhalation régulière d’air de mauvaise peut avoir de graves répercussions sur la santé. Elle peut générer des problèmes respiratoires et cardiaques. De plus, hormis le coronavirus, il existe toute une panoplie de maladies transmissibles par voies aériennes (grippe, rhinopharyngite). Le port de masque de protection représente une mesure qui participe à limiter la propagation de l’infection et qui permet de se protéger. Il s’agit bien d’un outil indispensable pour éviter de faire de cette période de déconfinement, la base d’une nouvelle vague de contamination.

Porter un masque ne vous dispense pas des mesures barrières !

Le port de masque est un geste parmi d’autres pour se protéger avec ses proches du coronavirus. Ainsi, ces mesures sont tout à fait complémentaires entre elles. Pour garantir votre sécurité, vous devrez entre autres :

  • Vous laver les mains régulièrement à l’eau et au savon ou à l’aide d’un gel hydroalcoolique ;
  • Tousser et éternuer dans votre coude ;
  • Éviter les contacts (câlins, accolades) ;
  • Se servir de mouchoirs à usage unique ;
  • Respecter les mesures de distanciation physique ;
  • Éviter les sorties dont vous pourriez vous passer ;
  • Éviter les lieux avec une grande affluence.

Bien se servir de son masque de protection

Il est important de se servir convenablement de son masque de protection.

Porter convenablement son masque

Avant de porter votre masque de protection, il est indispensable de vous désinfecter les mains. Vous devrez donc vous laver les mains à l’eau et au savon ou avec une solution hydroalcoolique. Il est également important de savoir qu’un masque de protection ne se porte ni sous le nez ni au niveau du menton. Le faire, autant ne pas le porter du tout !

Après avoir lavé vos mains, vous pouvez porter votre masque en passant ses élastiques derrière vos oreilles. Le masque doit être suffisamment compact. De même, il doit couvrir le nez, la bouche et le menton. Pour une vérification, inspirez une fois. Le masque devrait alors légèrement s’écraser sur votre visage.

Retirer son masque en toute sécurité

Pendant que vous portez votre masque, vos mains ne devraient le toucher sous aucun prétexte. Que ce soit pour parler, pour téléphoner et surtout pour éternuer, il est indispensable de ne pas retirer le masque. Vous toucherez à nouveau votre masque seulement au moment de l’enlever. Tirez sur les élastiques qui le maintiennent. S’il s’agit d’un masque à usage unique, vous devriez le jeter puis vous désinfecter à nouveau les mains.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here