L’ostéopathie figure parmi les médecines douces très prisées. Elle se révèle très bénéfique pour les patients qui y recourent. Toutefois, elle demeure étrangère à une bonne frange de la population. Retrouvez ici la signification de l’ostéopathie et la manière dont elle se pratique. Vous connaitrez alors ceux qui peuvent y accéder ainsi que ses bienfaits.

La définition de l’ostéopathie

Elle représente une technique thérapeutique non conventionnelle basée sur des maniements spécifiques du système musculo-squelettique. Elle recourt à des procédés de relâchement myofascial qui assurent un soulagement des troubles fonctionnels. L’ostéopathie prend en compte la structure corporelle intégrale. Elle se focalise sur les symptômes physiques ainsi que sur l’état général du patient sans perdre de vue ses habitudes et son style de vie. Elle nécessite des connaissances en anatomie, en physiologie ou en biomécanique corporelle.

Les ostéopathes utilisent le toucher pour détecter avec précision l’origine de certaines pathologies de l’organisme. Cette technique extrêmement douce vous garantit une existence sereine et tranquille si vous y recourez fréquemment. Toutes les tranches d’âge (nourrisson, enfant, jeune, adulte, senior) peuvent en profiter pour soulager de nombreux troubles.

Le champ d’application de l’ostéopathie

Cette médecine douce couvre des domaines variés et soigne plusieurs pathologies. De façon récapitulative, vous pouvez y recourir pour :

  • les problèmes liés aux articulations et aux cervicales ;
  • les maladies relatives à l’ORL ;
  • les troubles musculo-squelettiques, digestifs, intestinaux et hépatobiliaires ;
  • les stress et les problèmes d’anxiété ;
  • les douleurs telles que les migraines ;
  • les entorses, les tendinites et les lombalgies ;
  • les hémorroïdes, les jambes lourdes et les problèmes de vascularité ;
  • les troubles de nervosité, de régurgitation et de sommeil ;
  • les coliques, les asthmes, les vertiges, les bourdonnements, les bronchites chroniques, les otites, les sinusites, les chocs et les traumatismes post-accidentels.

Par ailleurs, l’ostéopathie intervient en cas de traumatisme post-accouchement. Elle se révèle utile aussi bien pour le bébé que pour la mère.

Ostéopathie et nourrisson

Au cours de l’accouchement, certains bébés subissent parfois des chocs dus à l’utilisation des matériels comme les forceps. Ces derniers peuvent agir sur les os crâniens et provoquer des troubles fonctionnels. Généralement, vous devez recourir à un ostéopathe lorsque :

  • le travail a duré moins de deux heures ou plus de 8 h ;
  • vous accouchez prématurément ou donnez naissance à des jumeaux ;
  • le bébé a présenté le siège, la face ou le front lors de l’accouchement ;
  • le nourrisson sort avec le cordon autour du cou ;
  • l’expulsion du bébé est intervenue à la suite d’une forte pression sur l’abdomen ou de l’exploitation de forceps, de ventouse ou de spatule.

Vous consultez également un ostéopathe si vous remarquez que votre enfant adopte des comportements peu habituels chez un nourrisson. Optez pour cette solution si sa tête ne tourne que d’un côté, s’il présente des troubles du sommeil ou s’il souffre de coliques ou de régurgitations. L’ostéopathie constitue également la réponse lorsque ce dernier pleure sans une raison apparente ou affiche un méplat de la tête.

Ostéopathie et grossesse

La grossesse et l’accouchement peuvent provoquer des changements chez les femmes. De même, certains traumatismes préalables (chute, fracture sur le coccyx, cicatrices d’épisiotomie, etc.) peuvent resurgir lors de la grossesse et générer des dysfonctionnements au cours de l’accouchement. Grâce à l’ostéopathie, l’organisme de la femme peut mieux gérer les différentes mutations relatives à la grossesse. Durant la grossesse, vous devez consulter un ostéopathe si vous relevez des troubles mécaniques (douleurs coccygiennes, ligamentaires, sciatalgies, vertébrales) et des problèmes digestifs (lenteur gastrique, nausées, RGO). Vous y recourez également pour la préparation de l’accouchement. Cependant, l’ostéopathie constitue un traitement additionnel. Vous devez y associer un suivi obstétrical conventionnel.

Par ailleurs, cette médecine ne peut guérir seule une fracture, une mucoviscidose, une sclérose en plaques ou un cancer. La médecine classique reste indispensable pour aider l’organisme, notamment pour les traitements lourds.

Souvent, le médecin et l’ostéopathe travaillent en collaboration. Un généraliste peut donc poser son diagnostic et vous suggérer une consultation en ostéopathie. Le phénomène contraire peut également se produire. Dans tous les cas, un praticien compétent doit déceler immédiatement les pathologies qui exigent l’intervention d’un médecin.

Les bienfaits de l’ostéopathie

Cette médecine douce demeure entièrement manuelle. Elle recourt à des techniques pratiques pour effectuer une savante manipulation de la structure du corps humain. Cette discipline prend essentiellement en compte les os, les muscles, les articulations, les organes, les viscères, etc. Elle se fonde aussi sur les symptômes physiques ainsi que l’état global du patient. L’analyse de l’ostéopathe apprécie également les habitudes et le style de vie de chaque patient. L’ostéopathie assure une régulation de l’homéostasie. Elle permet un audit intégral de l’organisme humain afin de détecter ses dysfonctionnements ainsi que les maladies et affections qui en résultent. Elle réalise une analyse pointue qui se fonde sur la mobilité des différents membres du corps ainsi que la motilité des organes. Cette discipline assure le traitement de plusieurs pathologies et joue également un rôle préventif. Si vous recourez fréquemment, vous vous préservez des problèmes de santé et demeurez régulièrement en forme.

Par ailleurs, l’ostéopathie représente un excellent appui thérapeutique. Elle vous permet de mieux pratiquer vos activités sportives sans crainte de douleurs physiques et chroniques. Elle vous aide à éviter les déformations corporelles pouvant résulter de vos activités professionnelles ou d’autres contraintes personnelles. Elle convient particulièrement pour les sportifs ainsi que pour ceux qui pratiquent des activités artistiques comme la danse professionnelle. L’ostéopathie leur assure une structure corporelle idéale. Ils bénéficient d’une santé rayonnante et profitent d’une mobilité exceptionnelle. Cela leur permet de vaquer à leurs occupations à plein temps et de conserver le maximum d’énergie corporelle.

L’ostéopathie permet également d’assister les femmes pendant leur grossesse et après leur accouchement. Elle les aide à s’adapter sans souffrance aux traumatismes subis par leur organisme pendant cette période critique. Cette médecine se met aussi au service des nouveau-nés pour corriger les malformations et autres lésions liées à un travail difficile.

Le champ d’application de l’ostéopathie demeure vaste. Ses soins s’appliquent avec douceur et efficacité. Par ailleurs, les spécialistes de cette discipline restent disponibles sur tout le territoire national. Vous n’aurez donc aucun mal à trouver un ostéopathe à Paris ou partout en France. Les traitements s’effectuent sans douleur et vous retrouvez la pleine forme physique dans les plus brefs délais.

Ostéopathie : comment ça marche ?

L’ostéopathie repose sur deux principes fondamentaux. Dans un premier temps, l’ostéopathe effectue une constatation. En effet, les différents constituants de l’organisme restent liés entre eux. Le dysfonctionnement de l’un peut provoquer des déséquilibres au niveau d’autres structures de votre corps. Ainsi, la première cause d’une lombalgie peut se trouver au niveau d’un pied ou de l’estomac du patient. L’ostéopathe ne se limite donc pas aux symptômes physiques, il s’inscrit dans une approche globale afin de détecter l’origine de votre pathologie.

Dans un second temps, l’ostéopathe traite chacune des parties du corps pour les débarrasser des lésions organiques. Il assure leur vascularisation correcte afin de nettoyer leurs déchets via le sang et la lymphe. En effet, une mauvaise circulation sanguine et lymphatique peut provoquer des troubles physiques. L’ostéopathe s’intéresse donc aux pertes de mobilité de tissus pour évacuer les blocages au niveau de votre organisme.

Une consultation prend entre 30 à 45 minutes. Elle commence toujours par un interrogatoire qui permet à l’ostéopathe de recueillir vos antécédents médicaux. Ensuite, il examine votre corps entier en effectuant des touchers pour vérifier la souplesse de vos tissus et analyser les mouvements de vos articulations.

Les mains du thérapeute constituent son outil de mesure et de soin. Il s’en sert pour déterminer votre tension et évaluer les déséquilibres. Il effectue des palpations lentes, minutieuses et progressives. Dès que ses mains décèlent un blocage ou une contrainte, elles agissent spécifiquement à cet emplacement pour le rendre à nouveau mobile. Il s’assure de l’efficacité de son action avant de passer à un autre endroit du corps. Lors de la manipulation, l’ostéopathe peut appuyer, pousser ou étirer jusqu’à obtenir l’impact souhaité. Ces différents mouvements ne doivent pas provoquer des douleurs chez vous. Il recherche pour chaque partie la meilleure action pour corriger les lésions remarquées. Pour les manipulations, il réalise des mouvements rapides de faible amplitude. Dans le cadre des mobilisations, ils effectuent plutôt des gestes plus lents et de grandes portées. Parfois, le spécialiste sollicite la coopération du patient qui peut alors contracter ou relâcher ses muscles selon les injonctions de l’ostéopathe.

Combien débourser pour une séance d’ostéopathie ?

Les tarifs varient selon la notoriété et le lieu d’exercice du praticien. Ils fluctuent entre 38 et 80 €. Plusieurs mutuelles couvrent aujourd’hui tout ou partie des frais de soins ostéopathiques. Vous pouvez également vous rendre au niveau des centres de formation en ostéopathie pour profiter de tarifs plus bas. Vous déboursez alors entre 10 à 23 €. Dans ce cas, des étudiants vous prennent en charge sous l’œil vigilant de leurs tuteurs. Généralement, vous bénéficiez de soins de qualité.

Le nombre de séances dépend essentiellement de votre pathologie et de sa gravité. Souvent, les spécialistes proposent un ou deux rendez-vous ponctués d’une pause d’au moins trois semaines. Pour les infections chroniques, plusieurs séances s’avèrent nécessaires.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here