Lorsque nous ressentons des douleurs articulaires ou musculaires, il n’est pas toujours aisé de savoir vers quel thérapeute se diriger pour être soulé. Entre un ostéopathe, un kinésithérapeute et un chiropracteur, lequel consulter au juste ? Quelle est la différence entre ces trois métiers ? Dans cet article, nous vous aidons à lever le voile sur le sujet. Découvrez un résumé sur chacune de ces pratiques, leurs spécificités, leurs objectifs et les différents cas auxquels elles s’appliquent.

L’ostéopathie, une médecine alternative

L’ostéopathie est une ancienne pratique thérapeutique datant de 1874 qui vise le traitement préventif ou curatif des dysfonctionnements du corps à travers un examen entier. Elle est reconnue en France depuis 2002 et pratiquée par un grand nombre de thérapeutes. Elle reste cependant toujours considérée comme une médecine alternative. Ainsi, les traitements d’ostéopathie ne sont pas remboursés par la sécurité sociale.

En son essence, l’ostéopathie se démarque des principes conventionnels de la médecine traditionnelle. Son approche repose sur un diagnostic complet du corps des patients en lieu et place d’un examen uniquement centré sur les seules maladies identifiées.

Lors d’une consultation, un ostéopathe, comme celui du site Escudier-osteopathie.fr, cherche d’abord par contact manuel à découvrir les causes des dysfonctionnements des différentes structures du corps. En effet, c’est une thérapie qui s’applique aux os, organes, viscères, muscles et ligaments. Après un tel examen, l’ostéopathe travaille ensuite sur le corps entier pour traiter les différents symptômes relatifs aux troubles fonctionnels. Un tel traitement peut s’imposer dans les cas de :

  • Douleurs ou inconfort relatif au système neurologique ou au système locomoteur ;
  • Chute ;
  • Blessure ;
  • Entorse ;
  • Sinusite ;
  • Stress émotionnel ;
  • Régression de toute fonction articulaire ou musculaire…

Un ostéopathe peut prendre en charge les bébés, les séniors, les femmes enceintes… Les séances d’ostéopathie commencent par une phase d’interrogations où le praticien pose de nombreuses questions à son patient pour mieux le connaître. Après cela, une analyse posturale est réalisée pour mieux choisir les interventions nécessaires lors de la phase de correction.

 

La kinésithérapie, une discipline paramédicale

La kinésithérapie est une pratique proche de l’ostéopathie et de la chiropraxie. Elle s’intéresse au traitement des affections qui touchent le système locomoteur et l’appareil de soutien de l’homme. Autrement dit, les interventions dans ce domaine permettent de traiter les troubles liés aux muscles, au squelette ou aux tendons et ligaments. Elles peuvent également servir à soulager ou traiter les maladies neurologiques, respiratoires et les affections urologiques.

À l’instar de l’ostéopathe, le kinésithérapeute utilise principalement pour son traitement les mains, mais aussi le poids de son corps et sa force. Cette thérapie emploie aussi bien des techniques actives et passives, comme la gymnastique et les massages. Dans certains cas, elle implique le recours à la physiothérapie ou l’utilisation des éléments physiques comme l’eau à des fins thérapeutiques. Le savoir-faire du kinésithérapeute s’applique principalement face aux dysfonctionnements des organes de mouvement. Il consiste à montrer au corps par des applications manuelles les mouvements à exécuter pour conserver les facultés motrices ou les récupérer.

Il faut noter que le kinésithérapeute est un professionnel reconnu du domaine de la santé paramédicale. Il est généralement recommandé sur prescription médicale pour un traitement préventif ou dans le cas d’un problème particulier. Ses soins sont remboursés par la sécurité sociale.

La chiropraxie, une pratique manuelle thérapeutique non conventionnelle

La chiropraxie est aussi une pratique thérapeutique qui vise le traitement du corps par des manipulations physiques. Cependant, à la différence de l’ostéopathie et de la kinésithérapie, elle porte principalement son attention sur le traitement de la colonne vertébrale. Ainsi, cette thérapie concerne les cas de chute, de mauvaise posture ou de choc émotionnel affectant le système nerveux et entraînant des douleurs. Les douleurs prises en charge peuvent être les douleurs musculaires, dorsales et osseuses.

La pratique de la chiropraxie peut se résumer en deux phases. La première consiste en un diagnostic radiographique et un interrogatoire pour identifier les anomalies osseuses. La deuxième implique l’utilisation des mains par le chiropracteur pour effectuer des manipulations et exercer une pression physique afin de déclencher des redressements et des ajustements.

Tout comme l’ostéopathie, la chiropraxie est reconnue en France depuis 2002 et elle a même été réglementée depuis 2011. Cependant, elle est toujours considérée comme une médecine non scientifique. Elle n’est donc pas remboursée par la sécurité sociale.

 

Ostéopathie, kinésithérapie, chiropraxie : quelles différences majeures ?

Même si ces trois pratiques thérapeutiques manuelles semblent similaires, il existe des différences notoires entre elles.

Les origines de ces thérapies

L’ostéopathie est une pratique bien plus ancienne que les deux autres. Elle date de 1874 et elle est l’une des premières formes de rupture avec la médecine traditionnelle. Elle propose une approche fondée sur le diagnostic entier du corps plutôt que la focalisation sur les maladies manifestées. La chiropraxie est apparue quelques années plus tard avec une approche axée sur les manipulations au niveau de la colonne vertébrale. Quant à la kinésithérapie, elle est une profession bien récente qui ne date que de 1946. Elle a vu le jour pour aider au soulagement et la rééducation des blessés de la Seconde Guerre mondiale.

Des approches similaires, mais différentes

L’ostéopathie, et la chiropraxie se spécialisent dans les viscères et les articulations. Leur usage implique une considération du corps dans son ensemble et exige des actions sur tous les membres du corps pour le rééquilibrer et déceler les zones de blocages.

L’ostéopathe est bien plus limité que le chiropracteur dans ses actions. Plusieurs gestes lui sont radicalement interdits et il ne peut en appliquer d’autres que lorsqu’il possède un certificat médical. Le chiropracteur ne connaît pas cette limite. Il a un diplôme international et de plus il est autorisé à se servir de matériel spécifique, en plus de ses mains. Toutefois, la chiropraxie n’explore pas autant de zones du corps que l’ostéopathie. Ses manipulations se focalisent principalement sur la colonne vertébrale afin d’agir directement sur le système nerveux.

Pour ce qui est de la kinésithérapie, elle se distingue par le traitement spécifique des muscles. De plus, ces soins sont en général plus avancés parce qu’ils incluent la rééducation des membres. Ainsi, elle ne limite pas son intervention au soulagement des patients. Mais tout le nécessaire est mis en œuvre pour rétablir les fonctions du membre ou de l’organe atteint. De plus, à la différence de l’ostéopathe et du chiropracteur, le kinésithérapeute n’intervient que sur prescription médicale.

Voilà ! Vous savez maintenant tout des métiers de l’ostéopathe, du kiné et du chiropracteur. N’hésitez pas à consulter un professionnel compétent selon vos besoins.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here