Un handicap est loin d’être une situation facile à vivre au quotidien notamment lorsqu’il faut subvenir à ses besoins personnels. Heureusement qu’il existe de nombreuses dispositions de la loi qui permettent aux personnes handicapées de mieux s’en sortir grâce à différentes aides. Cet article vous propose de découvrir toutes les aides auxquelles peuvent prétendre les personnes handicapées et les conditions d’obtention.

Allocation d’éducation de l’enfant handicapé (AEEH)

L’Allocation d’éducation de l’enfant handicapé, ou AEEH est une prestation familiale dont l’objectif est de pouvoir aider les parents ayant la charge effective d’un enfant en situation de handicap. Cette allocation peut éventuellement être complétée par 6 compléments selon la nature et la gravité du handicap auquel doit faire face l’enfant. Pour en bénéficier pleinement il est essentiel de vous assurer de remplir un certain nombre de conditions. Pour cela, l’enfant doit :

  • Résider de façon permanente en France ;
  • Être âgé de moins de 20 ans ;
  • Avoir un taux d’incapacité d’au moins 80 %.

Cette dernière condition connait une certaine dérogation notamment en ce qui concerne le fait que l’enfant fréquente un établissement d’enseignement adapté. Pour décider du taux d’incapacité de l’enfant ou de l’adolescent, il est essentiel de vous tourner vers une équipe de la MDPH qui se charge de suivre le dossier. Toutefois, l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé ne sera pas due si un enfant est placé en internat avec une prise en charge intégrale de ses frais de séjour par l’Assurance maladie, l’État ou l’aide sociale. Mais pour les périodes de retour en famille ou d’hospitalisation de plus de deux mois, il est tout à fait possible d’avoir gain de cause. Cette aide peut être très utile pour les besoins essentiels de l’enfant comme un fauteuil roulant à louer. Dans tous les cas, cette aide est accordée pour une durée d’un à cinq ans renouvelable à moins que le taux d’incapacité connaissent une aggravation.

L’Allocation Adulte Handicapé (AAH)

L’Allocation Adulte Handicapé est une aide mise en place par la loi du 11 février 2005 et dont le but est de fournir un revenu minimum aux personnes en situation de handicap, sans ressources ou avec des ressources modestes. Mais pour prétendre être bénéficiaire de cette aide, vous devez avoir entre 20 et 60 ans. Mais là, il y a une exception pour les personnes ayant plus de 16 ans et moins de 20 ans ayant cessé de remplir les différentes conditions leur donnant droit aux prestations familiales. Une autre condition pour bénéficier de l’AAH est d’avoir une incapacité égale au moins à 80 % ou alors inférieure à 80 % dans le cas où vous présentez une restriction substantielle et durable pour l’accès à l’emploi. Il faut évidemment être de nationalité française ou au moins avoir un titre de séjour ou tout autre document démontrant la régularité de votre séjour.

Cependant, le versement d’une pension ou d’un avantage vieillesse interrompt votre droit à l’AAH à moins que vous soyez atteint d’une incapacité permanente d’au moins 80 %. Lorsque vous remplissez les conditions requises, le montant de l’AAH s’élève au maximum à 902,79 euros par mois et peut être abaissé en fonction des ressources du bénéficiaire. L’Allocation Adulte Handicapé a une durée d’attribution minimum d’une année et peut selon le cas être versé à vie.

La Prestation de Compensation du Handicap (PCH)

La Prestation de Compensation du Handicap est une aide personnalisée qui servira à financer les besoins liés essentiellement à la perte d’autonomie des personnes handicapées. De ce fait, elle couvre aussi bien les aides humaines que matérielles et éventuellement animalières. Sont également pris en compte les surcoûts de transport et les aides spécifiques ou exceptionnelles. Cette aide est utilisable aussi bien à domicile que dans un établissement et n’est aucunement soumise à un plafond en termes de revenus. Pour prétendre en bénéficier, vous devez avant tout résider de façon stable et régulière en France. Votre handicap doit être tel qu’il vous est impossible de réaliser vous-même au moins une ou deux activités essentielles. Votre difficulté à accomplir une activité peut être qualifiée de grave si elle est exécutée difficilement et de façon altérée. Lorsque le fait de bénéficier de cette aide relève d’une urgence, il vous suffit de déposer une demande de PCH en urgence en plus de celle classique auprès de l’institution compétente. Une suite devrait être donnée dans un délai de 15 jours avec un montant provisoire. Dans tous les cas, la Prestation de Compensation du Handicap donne lieu à un plan entièrement personnalisé pour répondre efficacement à chaque nature de dépenses.

La Reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH)

Cette aide est délivrée par la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH). Celui-ci permettra de reconnaître de façon officielle qu’une personne est handicapée en lui délivrant une attestation qui démontre son aptitude à obtenir ou conserver un emploi malgré ce handicap. Cette aide offre des avantages liés à différents droits dont l’accès prioritaire à des mesures d’aides à l’emploi et à la formation. De ce fait, une personne avec une telle reconnaissance pourra bénéficier du réseau d’accompagnement spécialisé Cap emploi et des aides mises en place par l’AGEFIPH (Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées).
Cette mesure contraint ainsi les entreprises et toute administration avec au moins 20 salariés à employer des travailleurs handicapés à un taux de 6 % de l’effectif total. Mais pour faire valoir vos droits de profiter d’une telle obligation, il est essentiel d’avoir la RQTH. Il faut dire que cette mesure est également avantageuse pour un futur employeur dans la mesure où il pourra recevoir une aide financière à l’embauche et des subventions pour aménager votre poste de travail.

La carte de stationnement

                     

Lorsqu’une personne est atteinte d’un handicap, cela réduit considérablement sa capacité et son autonomie de déplacement à pied. Dans certains cas, elle devient dépendante et doit être accompagnée dans ses déplacements d’une tierce personne. De ce fait, la carte de stationnement peut lui être délivrée pour faciliter les choses. Cette aide est également valable pour les différents organismes se servant de véhicule spécifique pour le transport collectif de personnes handicapées. Cette carte de stationnement est délivrée pour une période allant d’une année à dix ans, mais peut être permanente si son bénéficiaire a une carte d’invalidité de durée indéterminée. Peu importe le cas, pour parvenir à utiliser valablement la carte, il est essentiel qu’elle soit mise en évidence à l’intérieur du véhicule notamment derrière le pare-brise. La carte de stationnement est valable dans tous les pays de l’Union européenne donnant ainsi droit aux bénéficiaires ou leurs accompagnants d’utiliser les places de stationnement réservées aux personnes handicapées.

La carte d’invalidité et la carte de priorité pour personnes handicapées

Au nombre des nombreuses aides financières auxquelles peuvent prétendre les personnes handicapées, il y a la carte d’invalidité. Délivrée par la CDAPH, celle-ci peut comporter deux mentions spécifiques supplémentaires : besoin d’accompagnement ou cécité. Ainsi, une carte d’invalidité pourra être délivrée à toute personne qui présente un handicap d’un taux d’incapacité d’au moins 80 % ou encore aux personnes bénéficiant de la pension d’invalidité classée en 3e catégorie au niveau de la sécurité sociale. Les avantages fiscaux ainsi qu’une exonération éventuelle de la redevance audiovisuelle, sont autant d’avantages dont peut bénéficier un détenteur de la carte d’invalidité.

De même, les personnes handicapées peuvent obtenir une carte de priorité afin d’avoir droit à de nombreux avantages comme la priorité aux places assises dans les transports en commun, dans les espaces et salles d’attente des établissements. En ayant une carte de priorité, les personnes handicapées sont ainsi priorisées dans les files d’attente et les espaces et salles d’attente des établissements et manifestations accueillant du public.

L’Allocation d’Autonomie Personnalisée (APA)


Les aides pour les personnes handicapées sont multiples et variées et il est essentiel d’en avoir une parfaite connaissance pour prétendre en bénéficier. Parmi elles, il y a l’Allocation d’autonomie Personnalisée d’Autonomie dont le but est de couvrir en partie toutes les dépenses qui entrent dans le cadre de l’autonomie des personnes âgées. Que ce soit à domicile ou en établissement, cette aide est attribuée par les conseils départementaux. Mais pour prétendre obtenir cette aide, il faut avoir au moins 60 ans et avoir besoin d’une aide pour les besoins essentiels de la vie ou encore être dans un état nécessitant une surveillance régulière.

Pour ce qui est du montant de l’Allocation d’Autonomie Personnalisée, il est calculé selon le revenu du bénéficiaire. Dans tous les cas, une grille d’évaluation des capacités du futur bénéficiaire à accomplir certaines activités comme se lever, faire sa toilette, manger ou encore s’habiller est mise en place. En tout, 17 activités sont évaluées pour déterminer si une personne fait seule, totalement, habituellement et correctement une action. Il est également évalué si la personne fait partiellement, non habituellement, non correctement l’action ou alors ne la fait pas. Le but de cette évaluation est de pouvoir déterminer le degré de dépendance de toute personne âgée en fonction des six groupes Iso-Ressources (Gir). Ainsi, chaque Gir correspond à un niveau de besoins d’aides au quotidien. Pour cette année 2020, le montant de l’aide s’élève à 1 742,35 euros pour le classement en GIR 1 ; 1 399,04 euros pour le classement en GIR 2, 1010,86 euros pour le classement en GIR 3 ; 674,28 euros pour le classement en GIR 4.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here